chez moi
Un monde s'écroule


 







 


Chronique parue chez Oulala.net


 


Bon. Un monde s’écroule. Mon monde. J’en suis le témoin comme chacun d'entre nous.

Il s’écroule et je n’y crois toujours pas. Pourtant tous les signaux sont au rouge et on sonne le glas dans toutes les contrées. On meurt d’un tas de maladies bizarres qui n’existaient pas, générations spontanées, créations ténébreuses d'humains trop cervelés.

Les éléments se déchaînent, la glace des pôles fond, le trou d’ozone s’agrandit et la seule énergie dont "on" veut bien que l’on dispose est en train de se raréfier à vitesse grand V. Dans 20 ans, terminé le pétrole. Et finies nos économies civilisées.

La terre se rebelle contre l’utilisation imbécile que nous en avons faite. Tous. De celui qui vide son cendrier sur la chaussée, jette son sac plastique dans la forêt, qui mettra 400 ans à disparaître polluant au passage notre sol et nos nappes phréatiques. A ceux qui dictent des lois qui nous emprisonnent chaque jour un peu plus, celui qui s’en met plein les fouilles lorsque les pandémies nous déciment. Pas un pour racheter l’autre, aucune distinction de rangs, de races, de religions ni financières quand il s’agit de la survie de sa propre petite personne égotique et si peureuse.

Le monde se meurt et nous nous mourrons. Bouffis de vanités, dévorés par la peur qui nous inonde à la moindre nouvelle terrible dont les géniaux manipulateurs médiatiques s’amusent à nous nourrir. Et moi, je vis tout ça. Dans 1000 ans, quand tout sera fini, je pourrai témoigner de ma bêtise, de notre manque d’amour qui nous a poussés à nous auto-dafer.

Bientôt, nous ne roulerons plus dans nos carrosses. Le cheval fera un merveilleux come-back. Ou la voiture solaire, si messieurs nos brillants dirigeants daignaient sortir de leurs cartons toutes ces merveilleuses inventions qui nous rendraient la vie belle. Mais le bonheur de l’humanité n’est pas bon pour tout le monde. Bientôt, fini l’air pur de nos montagnes. Tchernobyl a déjà fait des siennes, notre mépris de l’environnement n’a rien réparé. Et l’on nous prépare d’autres armes plus cruelles qui détraqueront notre ciel, notre coeur et notre esprit à tout jamais.

Bientôt nous serons confinés, pour les plus chanceux, numérotés, badgés, cloîtrés dans nos maisons devant nos écrans 3D à redouter la dernière épidémie, le dernier déchaînement du ciel, le raz-de-marée qui fera un jour le tour de la terre. Enterrés avant l'heure. J'adore Matrix !

Il faudra alors cultiver notre terre, faire pousser notre blé et nos tomates, devenir végétarien, bien forcés, les bêtes se meurent elles aussi. Du carnivore civilisé que nous étions ne restera pas grand chose. De toute façon, nous devenons tous de plus en plus virtuels. Peut-être est-ce là le début d’un âge d’or où nous saurons tous notre place exacte dans l’univers.

Jusqu’à présent la terre fut souvent notre ennemie. Il est temps qu’elle soit l’amie qu’elle a toujours été. Temps que nous vivions à l’unisson du monde que l’on nous a donné, vaste champ d’expérimentation qui a besoin de beaucoup d’amour pour fleurir à foison.

Bientôt, chacun d’entre nous devra connaître son voisin car il ne pourra vivre sans lui. Les communautés refleuriront et si nous ne faisons pas les mêmes bêtises, si nous avons bien appris la leçon, alors tout sera enfin parfait. Il faudra bien sûr effacer les dogmes et les rites, abandonner toutes convictions, afin de créer un monde de communion et de partage. Depuis combien de temps tentons-nous de le faire ? Oubliant depuis des millénaires que l’autre c’est nous. Et que notre bonheur passe par le sien.

Ouais, le monde se meurt. Et je meurs avec.
Je le vois disparaître.
Nous changeons d’époque.
Je suis témoin.







 




Le conte de Souris
soldat d'assaut
Le journal du Colonel
Itinerrances
Un Sacré rêve
Il va être père. A Paul et Angélique
Pendant ce temps à Veracruz 1
Chris chez Franck Fernandel
Trop top le rateau du voisin !
Dans les coulisses du temps d'un prof
Mon mantra du matin
Le petit bidon
Alice
Daltonien
mon 1er manuscrit refusé
Les "petits" métiers
Youpi ! L'école est finie
Debout
Notre Dame a sauvé Marseille
christian
Ma Méditerranée
Ses pieds lui rappellent
Il compte
La Bougie
Pendant ce temps à Veracruz 2
Pas un bruit
Un thé nature !
Stardate 52510.38.
Au Bois Joli
Foutue Télé !
Ô Toulouuuuuuse
Pendant ce temps à Veracruz 3
ma Méditerranée
Carnet de voyages
Tropiques Calypso
Marseille
Ma page est encore blanche.
Une rose pour Isabelle
Ma Mama corse
Pendant ce temps à Veracruz 4
TV. Lettre à feu.
Dehors l'oiseau
TV, le Grand zapping
Doumé ! La dournée !
TV again
TV folle !
La page est blanche
On vit
Le Routier
Au-delà de la fiction
La plage bis !
Ecocide
Etat des lieux
Nombre de têtes nucléaires ?
Un monde s'écroule
Chacun sur sa planète.
Le con ducteur de BM
Un soir comm'ça.
Pour trouver ton but
L'Infini nous attend
Belle époque
LE CRI
A la maison de retraite
TV war show, 14 juillet
Pauvres fous que nous sommes
France 5, Arrêt sur Images
Education à refaire
De l'amour.
20000 lieues, Les Goudes
"Elle" s'appelle Edith
Pendant ce temps à Veracruz 5
Il aurait aimé naître femme
Dans ma bibliothèque
Mes dimanches
Chez Ingrid
Le Gai Savoir du Pied
Une rose pour Isabelle
L'Invitation
Régression
Bonhomme bonhomme
Mon petit Jésus
Quand j'entendrai le glas
Si tu peux te rendre compte
Les attitudes préalables
Carnac vu par Einstein
BLC ATTITUDE
Le contrat qui nous enchaîne
code-barre
Qui est Je ?
Le chant des Baumes
J'ACCUSE
Un bar à Marseille
Matrix, Le Virus
Puissants, vous paierez
Demain c'est Noël
Les obstacles à la communication
Le chemin des étoiles
J'étais un mouton
Bien communiquer
Femme et homme mode d'emploi
Le BOYCOTT, arme de reconstruction massive.
non-dits, 90 % du message
merde aux annonceurs
Le fonctionnement de notre cerveau
L'éditoLes éditos mai 2017...Les éditos mars 2011/juin 2016Bric à BracItinérrancesIl n’y a pas d’ailleursMots de MaitresFAIS FRONT1984La pilule rouge ou la bleue ?M'écrireMa vie