chez moi
Ses pieds lui rappellent



Il aime très fort ses pieds aux doigts aussi longs et fins que ceux de ses grandes mains que petit il comparait à des araignées. Bien proportionnés, sans défauts majeurs, grecs. Il n’en a jamais eu honte et ne les cachait pas dans le sable.

Il aime bien les voir dans le bain d’eau froide additionnées de deux seaux de glaçons versés doucement par la belle Isabelle. Il aime les voir sous la douche la tête sur le ventre encore ferme d’Arlette. Il ne s’en sert plus, il lui font très mal, mais quand il les voit, ils lui rappellent le marcheur forcené qu’il a été.

Ses pieds lui rappellent ses perms à Nouméa, les australiennes, la caserne de Plum, ses vacances à Hienghène et ses manœuvres à Koumak. Ils lui rappellent Lifou où il a failli être marié.

Ses pieds lui rappelent le rouge de son sang sur le Chemin de Compostelle, le Cirque de Gavarnie, le bord friable de Meteor Crater, le Roc Nantais, le parc de Franck, le sentier préféré de Nietzsche, les derniers pas de Moïse qu’il a foulé, selon le guide jordanien.

Ils lui rappelent les élans de Jackson Hole creusant la neige à la recherche d’un brin d’herbe. Liane voulait à tout prix les prendre en photos alors qu’il y en avait plus de mille parqués à l’entrée de la ville. Non, elle les voulait nature. Il descendait avec elle, éducation oblige, passant de vingt-quatre à moins vingt plus le vent humide. Jamais il ne l’a autant maudite. Sans dire un mot, bien sûr.

Ses pied lui rappellent ses randonnées dans la campagne française, si rare au monde dans son exceptionnelle variété. Si les français étaient plus souriants, sa patrie serait la première destination au monde, il en sait quelque chose. Comme l’est Paris qu’il a visitée de fond en comble, de jour comme de nuit, sa plus belle ville au monde. Il a parcouru chacun de ses arrondissements. En dix ans et des clients partout, il a eu le temps. Entre deux rendez-vous il prévoyait deux heures, une pour arriver, une pour visiter. Il passait ses week-ends à marcher, sauf dossiers urgents.
Il a visité ses merveilleux musées, avide d’émotions artistiques et il éprouve encore aujourd’hui le regret de ne pas avoir fini Le Louvre. Mais qui le peut ? se rassure-t-il aussitôt. Il adorait le métissage de Barbès, le même qu’à New-York, la chaleur de leurs cafés, leur affection spontanée et gratuite. Le pouvoir du sourire est si fort. Des leurs, du sien qu’il donnait à foison et encore plus dans les moments troubles. Dans tous les coins du monde, le sourire a été son passeport et son ange gardien. Il est compris partout, sa gamme est infinie et vaut mieux que tous les mots. Ceux de son père était extraordinaires. Il donnait au sien la même chaleur, le même charme et il ne lui est jamais rien arrivé.

Ses pieds étaient sur les Champs-Elysées quand la France a gagné la Coupe du Monde. Et dieu que c’était bon de serrer des mains de toutes les couleurs, d’embrasser des inconnus, de rire, de sauter, de danser, de chanter. La liesse avait effacé les différences. Il en a pété son klaxon. 
 
Ses pieds lui rappellent Singapour, Istanbul, Amman, Petra, Ephèse, Barcelone, Vienne, Milan, Londres, Le Caire, Port Louis, St Denis, Bruxelles, Budapest, Fort de France, St Denis, San Francisco, Boston, New-York, New Orleans, Chicago, Montréal... Ils lui font refaire ses tours du monde.  

Ses pieds ont toujours quelque chose qui lui rappellent. Quand il voit la belle vie qu’il a eu grâce à eux, il leur sourit avec chaleur et leur dit tendrement :
- Merci.




l'édito
les éditos mars 2011/juin 2016
Le conte de Souris
soldat d'assaut
Le journal du Colonel
Itinerrances
Un Sacré rêve
Il va être père. A Paul et Angélique
Pendant ce temps à Veracruz 1
Chris chez Franck Fernandel
Trop top le rateau du voisin !
Dans les coulisses du temps d'un prof
merde aux annonceurs
Mon mantra du matin
Le fonctionnement de notre cerveau
Femme et homme mode d'emploi
Le petit bidon
Alice
Daltonien
mon 1er manuscrit refusé
Les "petits" métiers
Youpi ! L'école est finie
Debout
Notre Dame a sauvé Marseille
christian
Ma Méditerranée
Ses pieds lui rappellent
Il compte
La Bougie
Pendant ce temps à Veracruz 2
Pas un bruit
Un thé nature !
Stardate 52510.38.
Au Bois Joli
Foutue Télé !
Ô Toulouuuuuuse
Pendant ce temps à Veracruz 3
ma Méditerranée
Carnet de voyages
Tropiques Calypso
non-dits, 90 % du message
Marseille
Ma page est encore blanche.
Une rose pour Isabelle
Ma Mama corse
Pendant ce temps à Veracruz 4
TV. Lettre à feu.
Dehors l'oiseau
TV, le Grand zapping
Doumé ! La dournée !
TV again
TV folle !
La page est blanche
On vit
Le Routier
Au-delà de la fiction
La plage bis !
Ecocide
Etat des lieux
Nombre de têtes nucléaires ?
Un monde s'écroule
Chacun sur sa planète.
Le con ducteur de BM
Un soir comm'ça.
Pour trouver ton but
L'Infini nous attend
Belle époque
LE CRI
A la maison de retraite
TV war show, 14 juillet
Pauvres fous que nous sommes
France 5, Arrêt sur Images
Education à refaire
De l'amour.
20000 lieues, Les Goudes
"Elle" s'appelle Edith
Pendant ce temps à Veracruz 5
Il aurait aimé naître femme
Dans ma bibliothèque
Mes dimanches
Chez Ingrid
Le Gai Savoir du Pied
Une rose pour Isabelle
L'Invitation
Le BOYCOTT, arme de reconstruction massive.
Régression
Bonhomme bonhomme
Mon petit Jésus
Quand j'entendrai le glas
Si tu peux te rendre compte
Les attitudes préalables
Carnac vu par Einstein
BLC ATTITUDE
Le contrat qui nous enchaîne
code-barre
Qui est Je ?
Le chant des Baumes
J'ACCUSE
Un bar à Marseille
Matrix, Le Virus
Puissants, vous paierez
Demain c'est Noël
Les obstacles à la communication
Le chemin des étoiles
Merci :-)de tout sur toutJ'étais un moutonBien communiqueritinérrancesj'aime leurs motsFAIS FRONTm'écrireMa vie