chez moi
Pauvres fous que nous sommes



La colombe assassinée
par Henri Laborit



" A l’opposé, l’abondance des informations, si l’on voit qu’il est impossible de les classer suivant un système de jugements de valeur, met également l’individu dans une situation d’inhibition.

Il faut reconnaître que notre civilisation contemporaine au sein de laquelle les informations se multiplient grâce aux moyens modernes de communication, les mass media en particulier, et par la vitesse de ces communications à travers le monde, place l’individu dans une situation où le plus souvent il ne peut agir sur son environnement pour le contrôler.

Les paysans vendéens de mon enfance, qui pour certains n’allaient à la ville que trois fois au cours d’une vie, ville qui pourtant n’était située qu’à trente-cinq kilomètres, avaient des sources d’information qui ne leur venaient pratiquement que de leur environnement immédiat. Pas de journaux, pas de télévision, pas de radio. Bien sûr, il existait des événements que l’on pouvait craindre, les mauvaises récoltes, les épidémies, mais il n’en demeure pas moins que chaque individu avait l’impression de pouvoir contrôler par son action sa niche environnementale.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui et quand on diffuse à la télévision les atrocités qui apparaissent à travers le monde, quand on voit un enfant du Biafra en train de mourir de faim, squelettique et couvert de mouches, malgré l’intérêt très limité que peut représenter cet enfant pour un homme bien nourri du monde occidental, cet homme ne peut s’empêcher de se représenter inconsciemment que ce qui est possible pour certains hommes défavorisés pourrait peut-être le devenir aussi un jour pour lui, et il ne peut rien faire.

C’est en cela que les préjugés, les lieux communs, les jugements de valeur, le militantisme, les idéologies et les religions ont une valeur thérapeutique certaine car ils fournissent à l’homme désemparé un règlement de manœuvre qui lui évite de réfléchir, classe les informations qui l’atteignent dans un cadre préconçu et mieux encore, lorsque l’information n’entre pas dans ce cadre, elles ne sont pas signifiantes pour lui, en quelque sorte, il ne les entend pas.

Il est prêt, en d’autres termes, à sacrifier sa vie pour supprimer son angoisse ou si l’on veut, il préfère éprouver la peur, débouchant sur l’action, que l’angoisse. Il est même à noter que la peur ne l’envahit que les courts instants qui précèdent l’action. Dès qu’il agit, il n’a plus peur, et il le sait
bien."









Pour nous, pauvres fous qui croyons que l'avoir est dans nos armoires.

Belle humanité que la notre où le quotidien ressemble à un film d'horreur. Bien sûr il n'y a aucun cadavre autour de la plupart d'entre nous ni derniers gémissements ni bourreaux ni vaincus, c'est tout propre dans nos villes. Mais la mondialisation veut que nous sachions désormais ce qui se passe d'un bout à l'autre de la terre et de préférence les pires exactions car elles seules nous tiennent en haleine.

A l'instar de celui qui freine pour mieux voir l'accident et si possible du sang sans jamais oser se l'avouer, nous regardons la télévision sans pouvoir décrocher,et noys y voyons l'humanité se déchirer sur une planète qui se révolte. Tel est le constat. Bien sûr, il y a des hommes et des femmes qui se penchent à son chevet !, une minorité agissante qui a bien du travail, mais ce sont ceux qui souffrent ou que l'on torture que l'on me montre. Et la peur grandit en moi.

Avant on était tranquille. Aucun récepteur à part les tavernes où il faisait bon se réunir pour parler de la vie du village. Bien sûr, les religions causaient déjà bien du malheur mais personne ne savait ce qui se passait à quelques lieues de son hameau. Les peurs ne s'étendaient pas bien loin.

Aux actualités, je vois des morts à la pelle, en veux-tu en voilà, ça périt partout. Jamais je n'aurais cru qu'on pouvait mourir comme ça ? Qu'on était si nombreux. On nous montre désormais les cadavres, les caméras sont partout. Et je regarde ces charniers à ciel-ouvert sans pouvoir rien faire, me demandant à chaque seconde quel genre de mort m'est réservée ? A la télé, rares sont ceux qui meurent dans leur lit. Souffrirai-je comme eux ? Quelle sera ma dernière pensée ?

Sur Yahoo ?
" L'Atlantique entre dans sa phase cyclonique la plus intense,
des produits chimiques décelés chez des nouveaux-nés et leurs mères,
les dossiers peu convaincants sur le décès de Yasser Arafat,
la France est confrontée à l'une des quatre ou cinq plus importantes sécheresses depuis 1945,
la Toile est devenue une arme privilégiée pour Al-Qaïda "
 

Qu'y puis-je ? A part grimacer en espérant pouvoir trouver l'oubli le plus vite possible. Dans mon vin mon t
abac, mon herbe. Vite je rajoute mes pilules magiques, anti-dépresseurs, anxyolitiques, somnifères qui me rendent la vie plus douce.

Et je prends et je gobe. Ici 200 000 morts, un record en si peu de temps, là on approche du 26 000 000 ème si je n'envoie pas des sous vite vite. La sinistrose me bouffe, je ne peux rien faire, je suis responsable, mes "richesses" me rendent coupable.

On meurt emprisonné dans la lave, ils étaient trop près, ils n'y croyaient pas, ou dans une maison en feu, le gaz oublié. Un peu partout on empoisonne, sans jamais parvenir à cesser de polluer, l'agonie sera lente mais le toxique fait son effet.

On m'apprend que mon monde va au casse-pipe et que font-ils à part me foutre la trouille et m'en rendre responsable ? Comment survivre dans un tel contexte ? Qui le pourrait ?

L'information est devenue notre enfer. A trop en savoir on peut plus rien faire.

Comme ils étaient bien dans leurs villages...











Le conte de Souris
soldat d'assaut
Le journal du Colonel
Itinerrances
Un Sacré rêve
Il va être père. A Paul et Angélique
Pendant ce temps à Veracruz 1
Chris chez Franck Fernandel
Trop top le rateau du voisin !
Dans les coulisses du temps d'un prof
Mon mantra du matin
Le petit bidon
Alice
Daltonien
mon 1er manuscrit refusé
Les "petits" métiers
Youpi ! L'école est finie
Debout
Notre Dame a sauvé Marseille
christian
Ma Méditerranée
Ses pieds lui rappellent
Il compte
La Bougie
Pendant ce temps à Veracruz 2
Pas un bruit
Un thé nature !
Stardate 52510.38.
Au Bois Joli
Foutue Télé !
Ô Toulouuuuuuse
Pendant ce temps à Veracruz 3
ma Méditerranée
Carnet de voyages
Tropiques Calypso
Marseille
Ma page est encore blanche.
Une rose pour Isabelle
Ma Mama corse
Pendant ce temps à Veracruz 4
TV. Lettre à feu.
Dehors l'oiseau
TV, le Grand zapping
Doumé ! La dournée !
TV again
TV folle !
La page est blanche
On vit
Le Routier
Au-delà de la fiction
La plage bis !
Ecocide
Etat des lieux
Nombre de têtes nucléaires ?
Un monde s'écroule
Chacun sur sa planète.
Le con ducteur de BM
Un soir comm'ça.
Pour trouver ton but
L'Infini nous attend
Belle époque
LE CRI
A la maison de retraite
TV war show, 14 juillet
Pauvres fous que nous sommes
France 5, Arrêt sur Images
Education à refaire
De l'amour.
20000 lieues, Les Goudes
"Elle" s'appelle Edith
Pendant ce temps à Veracruz 5
Il aurait aimé naître femme
Dans ma bibliothèque
Mes dimanches
Chez Ingrid
Le Gai Savoir du Pied
Une rose pour Isabelle
L'Invitation
Régression
Bonhomme bonhomme
Mon petit Jésus
Quand j'entendrai le glas
Si tu peux te rendre compte
Les attitudes préalables
Carnac vu par Einstein
BLC ATTITUDE
Le contrat qui nous enchaîne
code-barre
Qui est Je ?
Le chant des Baumes
J'ACCUSE
Un bar à Marseille
Matrix, Le Virus
Puissants, vous paierez
Demain c'est Noël
Les obstacles à la communication
Le chemin des étoiles
J'étais un mouton
Bien communiquer
Femme et homme mode d'emploi
Le BOYCOTT, arme de reconstruction massive.
non-dits, 90 % du message
merde aux annonceurs
Le fonctionnement de notre cerveau
L'éditoLes éditos mai 2017...Les éditos mars 2011/juin 2016Bric à BracItinérrancesIl n’y a pas d’ailleursMots de MaitresFAIS FRONT1984La pilule rouge ou la bleue ?M'écrireMa vie