chez moi
La plage bis !





Je lâche tout. Je me détends... Je me laisse bercer par le mistral qui rafraîchit la plage sur laquelle je vais déjeuner en terrasse d'un sandwich steak frites 1/2 rosé (avec les glaçons, s'il vous plait !). Je me détends. Je le veux.


Deux brésiliennes boivent un café.


Je me croirais aux Tropiques. Sable blanc, palmiers, fait chaud. Les alizés me caressent. Tiens ? Le catamaran est de sortie ?



Une jeune femme en bikini met son ventre sous mon nez pour mieux voir le panneau du menu. Pour un peu... Mmmmmh !


Je prépare mon matériel, mon carnet Zap Book, mon stylo fétiche Hitech Point V7, noir pour mieux me relire. Voilà, j'y suis... Enfin je crois car rien ne me vient, sauf ce que je viens d'écrire. ?


Deux allemandes boivent leur soda sans un mot. Elles ont les yeux fixés sur le panneau du menu depuis au moins cinq minutes. C'est pourtant un panneau normal avec plein de sandwichs et de boissons fraîches, un panneau de plage quoi ! Qu'a rien de spécial, une bête ardoise où ne s'effacent que les prix. Va savoir ce qu'elles lui trouvent !


Température de l'eau selon un pur marseillais : -2°


A l'ombre, sous les guérites des sauveteurs, toute une famille dévore son pique-nique. J'suis sûr que les maîtres nageurs leur ont lancé des miettes, un jour, pour rigoler. Et j'suis sûr qu'ils ont rien vu.


Derrière les frites, la crème solaire à la noix de coco. Marrant mais ça se marie bien.





Une oeuvre de Konstantin Losar
Membre du collectif
Univers d'Artistes
"Piercing"







Est-il bien raisonnable pour un célibataire de s'installer devant une plage bondée de corps dénudés ?... Masochisme ?


Hier, je me disais que c'était incroyable la façon dont les gens peuvent se faire du mal à l'intérieur. Je suis dans le lot, bien sûr. N'est-il pas dérangeant de se rendre compte à quel point il est facile de focaliser sur nos malheurs plutôt que sur nos joies ? Cette attitude partagée par la majorité est certainement le drame de l'humanité toute entière. Mettre du soleil dans nos pensées doit être notre préoccupation number one.


La mer est turquoise. J'aime. Manque rien. C'est beau la France.


Ça s'en va et ça revient, sur la plage et sous les pins. J'assiste au ballet des fondus de soleil, de la tribu des lézards, des "j'en fous pas une et que c'est bon !". J'suis avec eux. Pas sur le sable, pas encore, fait trop chaud pour un marseillais, mais j'suis là, tout près d'eux et leur détente me fait du bien.


Ce que j'admire chez l'enfant c'est cette capacité à être détaché (et pas à "se" détacher) de ce qui l'entoure. Seule compte sa planète, totalement vierge du regard des autres.


Aucun sein nu à l'horizon se plaint le voyeur qui m'habite.


Elle expose son ventre les mains dessus pour le cacher. ?...


J'avance encore, c'est ça que je dois me dire.








Le conte de Souris
soldat d'assaut
Le journal du Colonel
Itinerrances
Un Sacré rêve
Il va être père. A Paul et Angélique
Pendant ce temps à Veracruz 1
Chris chez Franck Fernandel
Trop top le rateau du voisin !
Dans les coulisses du temps d'un prof
Mon mantra du matin
Le petit bidon
Alice
Daltonien
mon 1er manuscrit refusé
Les "petits" métiers
Youpi ! L'école est finie
Debout
Notre Dame a sauvé Marseille
christian
Ma Méditerranée
Ses pieds lui rappellent
Il compte
La Bougie
Pendant ce temps à Veracruz 2
Pas un bruit
Un thé nature !
Stardate 52510.38.
Au Bois Joli
Foutue Télé !
Ô Toulouuuuuuse
Pendant ce temps à Veracruz 3
ma Méditerranée
Carnet de voyages
Tropiques Calypso
Marseille
Ma page est encore blanche.
Une rose pour Isabelle
Ma Mama corse
Pendant ce temps à Veracruz 4
TV. Lettre à feu.
Dehors l'oiseau
TV, le Grand zapping
Doumé ! La dournée !
TV again
TV folle !
La page est blanche
On vit
Le Routier
Au-delà de la fiction
La plage bis !
Ecocide
Etat des lieux
Nombre de têtes nucléaires ?
Un monde s'écroule
Chacun sur sa planète.
Le con ducteur de BM
Un soir comm'ça.
Pour trouver ton but
L'Infini nous attend
Belle époque
LE CRI
A la maison de retraite
TV war show, 14 juillet
Pauvres fous que nous sommes
France 5, Arrêt sur Images
Education à refaire
De l'amour.
20000 lieues, Les Goudes
"Elle" s'appelle Edith
Pendant ce temps à Veracruz 5
Il aurait aimé naître femme
Dans ma bibliothèque
Mes dimanches
Chez Ingrid
Le Gai Savoir du Pied
Une rose pour Isabelle
L'Invitation
Régression
Bonhomme bonhomme
Mon petit Jésus
Quand j'entendrai le glas
Si tu peux te rendre compte
Les attitudes préalables
Carnac vu par Einstein
BLC ATTITUDE
Le contrat qui nous enchaîne
code-barre
Qui est Je ?
Le chant des Baumes
J'ACCUSE
Un bar à Marseille
Matrix, Le Virus
Puissants, vous paierez
Demain c'est Noël
Les obstacles à la communication
Le chemin des étoiles
J'étais un mouton
Bien communiquer
Femme et homme mode d'emploi
Le BOYCOTT, arme de reconstruction massive.
non-dits, 90 % du message
merde aux annonceurs
Le fonctionnement de notre cerveau
L'éditoLes éditos mai 2017...Les éditos mars 2011/juin 2016Bric à BracItinérrancesIl n’y a pas d’ailleursMots de MaitresFAIS FRONT1984La pilule rouge ou la bleue ?M'écrireMa vie