chez moi
France 5, Arrêt sur Images


29/1/2006


J'apprécie l'éclairage pertinent de ce magazine sur France 5, aux analyses nettement plus objectives que celles de nos grands journaux télévisés.

De vrais journalistes se chargent tous les dimanches à 13h30 de remettre les infos à leur juste place, rectifiant avec bonheur les propos tenus deci-delà, mettant en lumière ce qui a été passé sous silence, proposant des débats contradictoires du plus grand intérêt.

Ainsi revisitent-ils l'info télévisée. Par exemple, j'apprends qu'au Pakistan il n'y a pas que des barbus, des pauvres et des écoles coraniques, mais aussi des pubs humoristiques, des hommes aux cheveux blonds et une émission politique digne de nos Guignols, animée par un travesti qui se moque ouvertement du gouvernement, sans aucune censure militaire, politique ou religieuse.


La grande question du jour est : les journaux télévisés entretiennent-ils la sinistrose et à qui cela profite-t-il ?



Pour moi c'est oui. Et s'enchaînent les preuves de la manipulation médiatique dont nous sommes les badauds.  

Grands titres d'un journal récent de France 2, Pujadas est sur la sellette : tentative de suicide d'un accusé de l'affaire d'Outreau, SEB ferme trois sites en dépit de ses gros bénéfices, soupe à la grimace pour les restaurateurs, la TVA ne baissera pas, vague dramatique de froid sur l'Europe, la Palestine en armes est aux urnes. Pourquoi la rédaction a-t-elle choisi ces sujets et ouvert son journal sur un suicide somme toute manqué ? Je note au passage que dans les écoles de journalisme on apprend que les bonnes nouvelles ne sont pas des nouvelles. Voilà la raison pour laquelle une bonne nouvelle pour le budget de la France comme le maintien de la TVA, devient une mauvaise pour Pujadas, elle rend les restaurateurs français frustrés et amers. Tout est bien dans la façon de présenter les choses. Je trouve quand même dommage que France 2 que nous finançons se mettent à imiter TF1, trash tv par excellence. Ce serait peut-être bien de vraies infos qui sachent présenter une véritable information sans prendre parti, nous donnant ainsi la possibilité de juger pas nous-mêmes. Chaque mot compte, chaque expression du présentateur est déterminante. L'objectivité n'est-elle pas justement l'absence de toute position ? Pujadas se défend âprement, forcément, on ne crache jamais dans sa soupe :
- Non, mes présentations sont parfaitement factuelles.
Ce que démentent ses textes décortiqués mot à mot. Qu'il a soi-disant écrit lui-même, tôt le matin, avec la seule obsession de ne pas prendre parti.

Tout au long du magazine est ainsi mis en avant la ligne éditoriale de nos journaux, le choix d'infos diffusées pour raisons populaires ou éludées pour cause de "complexité", la masse est toujours conne.

Coluche disait avec intelligence :
"Il ne faut pas prendre les gens pour des cons mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont."


Dans le genre façon de présenter les choses, personne n'ayant encore vraiment répondu à la question "à qui profite la sinistrose ?", est émise l'idée de vérifier si la France sombre que l'on nous dépeint à grand renfort d'informations catastrophiques n'est pas du aux échéances électorales qui se rapprochent à grand-pas, genre changement de règne. Bonne question.

Suivent les portraits croisés de Villepin et de Sarkozy. Villepin parle d'audace française, de capacité d'innovation, de combat, de nos capacités à rebondir, visite des sites prometteurs, félicite à tout va, "découvre" avec joie notre art et notre technologie, tandis que Sarkozy pourtant de la même majorité, évoque les problèmes dans lesquels nous nous enlisons, le chômage qui progresse vertigineusement, le déficit abyssal, le système perdant/perdant dans lequel nous nous engluons, la précarité, l'angoisse omniprésente, l'insécurité intolérable, tout en visitant des stations de métro délabrées, des commissariats obscurs et dépressifs, assistant à des démonstrations de pistolets paralysants et des arrestations musclées. Deux façons de voir les choses : Villepin a choisi le bon côté, Sarkozy le mauvais. Et il y a du vrai dans les deux camps. Mais à ce stade à qui profite la sinistrose ? Manifestement à Sarkozy.

A ce point de l'émission, je commence à me demander si Arrêt sur Image n'est pas en train de prendre parti aussi, succombant ainsi aux travers si longuement reprochés aux autres ? Cerise sur le gâteau, une journaliste auto-décrypte leur dernière émission : ont-ils été objectifs ou pas dans leur précédent débat sur Ségolène Royal ? Ont-ils été neutres ? Ils s'avouent que non. Décrypteront-ils leurs propres images ? Ils se le promettent avec fermeté. Quels sont les messages cachés qui pourraient se glisser malgré eux dans leur propres reportages ? Ils s'auto-analyseront. Et feront ainsi à eux-mêmes ce qu'ils font aux autres. Le magazine finit sur ces mots. Génial !

J'éteins la télé, un sourire aux lèvres. Tout seul dans ma chambrette, je me dis que l'objectivité n'est pas encore morte. Voilà qui me redonne de l'espoir en l'homme ! Merci !!!







Le conte de Souris
soldat d'assaut
Le journal du Colonel
Itinerrances
Un Sacré rêve
Il va être père. A Paul et Angélique
Pendant ce temps à Veracruz 1
Chris chez Franck Fernandel
Trop top le rateau du voisin !
Dans les coulisses du temps d'un prof
merde aux annonceurs
Mon mantra du matin
Le petit bidon
Alice
Daltonien
mon 1er manuscrit refusé
Les "petits" métiers
Youpi ! L'école est finie
Debout
Notre Dame a sauvé Marseille
christian
Ma Méditerranée
Ses pieds lui rappellent
Il compte
La Bougie
Pendant ce temps à Veracruz 2
Pas un bruit
Un thé nature !
Stardate 52510.38.
Au Bois Joli
Foutue Télé !
Ô Toulouuuuuuse
Pendant ce temps à Veracruz 3
ma Méditerranée
Carnet de voyages
Tropiques Calypso
Marseille
Ma page est encore blanche.
Une rose pour Isabelle
Ma Mama corse
Pendant ce temps à Veracruz 4
TV. Lettre à feu.
Dehors l'oiseau
TV, le Grand zapping
Doumé ! La dournée !
TV again
TV folle !
La page est blanche
On vit
Le Routier
Au-delà de la fiction
La plage bis !
Ecocide
Etat des lieux
Nombre de têtes nucléaires ?
Un monde s'écroule
Chacun sur sa planète.
Le con ducteur de BM
Un soir comm'ça.
Pour trouver ton but
L'Infini nous attend
Belle époque
LE CRI
A la maison de retraite
TV war show, 14 juillet
Pauvres fous que nous sommes
France 5, Arrêt sur Images
Education à refaire
De l'amour.
20000 lieues, Les Goudes
"Elle" s'appelle Edith
Pendant ce temps à Veracruz 5
Il aurait aimé naître femme
Dans ma bibliothèque
Mes dimanches
Chez Ingrid
Le Gai Savoir du Pied
Une rose pour Isabelle
L'Invitation
Régression
Bonhomme bonhomme
Mon petit Jésus
Quand j'entendrai le glas
Si tu peux te rendre compte
Les attitudes préalables
Carnac vu par Einstein
BLC ATTITUDE
Le contrat qui nous enchaîne
code-barre
Qui est Je ?
Le chant des Baumes
J'ACCUSE
Un bar à Marseille
Matrix, Le Virus
Puissants, vous paierez
Demain c'est Noël
Les obstacles à la communication
Le chemin des étoiles
J'étais un mouton
Bien communiquer
L'éditoLes éditos mai 2017...Les éditos mars 2011/juin 2016Bric à Bracnon-dits, 90 % du messageLe BOYCOTT, arme de reconstruction massive.Femme et homme mode d'emploiLe fonctionnement de notre cerveauItinérrancesMots de MaitresM'écrireMa vie