chez moi
Le Gai Savoir du Pied

 

 

 

ECRIT EN LIGNE

 

 

maj 18/12/14
les annexes

maj 19/12/2014
effacement des images de l'annexe 4 Promotion ET exhibitionnismes des stars. Mais je garde le texte. C'est trop gros ce qu'elles sont prêtes à faire pour être désirées.

maj 20/12/14
Annexe 4 : une liste non exhaustive des stars les plus exhibitionnistes (ça balance à Marseille).

maj 27/12/14
A la fin, réflexions sur le  "Et après ? Qu'est-ce que j'écris ?"


maj 28/12/14
Après Annexe 1 Femme Homme Mode d'Emploi, rajout Annexe 2 : Apprendre en riant. Vidéo 1h50.
« Les Hommes viennent de Mars, les Femmes de Vénus » du best-seller de John Gray, adaptée et jouée par Paul Dewandre, mis en scène par Thomas Le Douarec. Mieux que l'original ! ptdr



Notes :
Travaux prévus jusqu'en 2016. (?)
ARRETE AVEC LES DATES ! Un bouquin c'est deux ans minimum. Et puis... est-ce que ça va le mériter ????

Roman ? Non. Peut-être ?...
Sinon quoi ? Qu'en ferait Quentin Tarentino ? Ou Bernard Werber ? Son Encyclopédie.
Titres ? (maj 16/12/14)
L'encyclopédie du pied,
Le Gai Savoir du Pied ? Non. Mais OK pour l'instant car il est en construction en ligne.

L'épopée du pied ?
Le pied ! Idiot.
C'est beau une femme ?

Si je pars des pieds, il me faudra écrire environ vingt bouquins pour arriver au sommet (mettre la photo de Nicole Kidman nue pile et face, fait. Enlevée, elle est nue devant un miroir et photographiée de dos, une des stars les plus exhibitionnistes que j'ai vues). Il me faudra écrire des milliers de pages sur les chevilles, les jambes, les genoux, les cuisses, le temple, le bidon, les côtes, les seins, la gorge, le cou, le visage (2 bouquins ou un très gros), les cheveux, les épaules, le creux des reins (avec le creux étonnant de notre queue primitive), les fesses (et leurs plis parfois souriants), les cuisses, le pli des genoux (qu'aimait Fish dans Ally McBeal), les jambes, les talons... ? Et son esprit ! Combien de bouquins sur ses fameux dossiers, ses sensations décuplées, son besoin de communiquer ?... Un sur la grotte préhistorique qui explique bien des choses. Son cerveau (déjà fait). Il me faudra aussi en écrire plusieurs autres sur l'accouchement et la maternité, les règles, la façon d'aborder son poids (très délicat de répondre à "Tu ne trouves pas que j'ai grossi ?", rarement "un peu ?"), la dictature du jeunisme et de la beauté, cette presse et de ces pubs qui l'entretienne. Et combien de bouquins, de pamphlets sur le machisme, la vraie raison du patriarcat contemporain (bosser les avantages des sociétés matriarcales, rappeler qu' "il y a toujours une femme derrière un grand homme", pourquoi grand ?, je n'aurai rien fait sans elles et je ne suis pas dans le Larousse) ? Sur la discrimination quotidienne (qui m'hallucine, à notre époque ????, ?????, à qui profite le crime ?), le droit de voter seulement à partir de 1936, leur combat permanent pour leurs libertés, la fameuse "Journée de la Femme". Argh !!! Pas la peine de rêver, je n'aurai pas le temps de la d'écrire. Même en cent ans, même en mille ans, je n'aurai pas le temps de la d'écrire toute entière. Pas le temps. C'est si beau une femme...


OBLIGATION DE RAJOUTER DES ANNEXES :
FEMME/HOMME MODE D'EMPLOI, fait
LE FONCTIONNEMENT DE NOTRE CERVEAU, fait
LA CHIMIE (l'alchimie ?) AMOUREUSE ? (phéromones, dopamine, etc
LES BIENFAITS DU SEXE ? (anti-stress, rajeunissant, naturel, vital, médical, instinctif, naturel, tonifiant, remontant, vivifiant, stimulant, beau...),
L'INSTINCT DE SEDUCTION, POUR LA REPRODUCTION ?
LA FEMINITE ?
+VIDEO COMIQUE VENUS ET MARS, essentielle, super bien faite, mieux que ce con de bouquin américain (logique, 80 % de bofs).
 


 



Mon attention aux pieds à dû commencer vers dix ans. En tout cas elle a commencé dans les toilettes. C'était le seul endroit qui fermait à clé sur les recommandations de papa et maman. C'était l'endroit où Alain et moi avons travaillé d'arrache-mains notre sexualité jusqu'à la première et bizarre éjaculation. Ca m'a plus surpris que plu. J'ai touché, c'était gluant, je me suis essuyé. J'ai goûté, c'était gluant, j'ai recraché. J'en ai gardé une goutte pour aller l'observer au microscope que  m'avait offert marraine à Noël. J'ai vu des tétards qui frétillaient, se bousculaient, la grosse pagaille jusqu'à ce qu'ils ne bougent plus. J'ai appris ce jour-là qu'ils ne vivaient pas bien longtemps.

Bien enfermé, je connaissais tellement le Play-boy que j'ai lu le courrier des lecteurs. Et je suis tombé sur une lettre qui m'a stupéfait. En peu de mots, un homme avait écrit une ode aux pieds de la femme. Sa beauté, son importance érotique depuis la nuit des temps, "une femme n'est nue que pieds nus", ses mots résonnaient en moi. Je ne leur avais jusqu'à lui porté aucune attention. A douze ans, le reste me plaisait tant que j'avais bien des choses à voir que les pieds. Je l'ai lue et relue. Et puis j'ai regardé, jusqu'à me dire qu'il avait raison, une femme n'est nue que pieds nus. Nature.  




 

Note Documentaire Wiki :

"La désignation officielle de la journée par les Nations unies est « journée internationale de la femme » en français et « journée internationale des femmes » (« International Women's Day ») en anglais. Des féministes dénoncent l'utilisation du singulier « la femme », « qui induit une vision naturaliste » ainsi que les « opérations marketing sexistes » qui ont lieu à l'occasion du 8 mars, « [à] mille lieues du combat pour les droits des femmes »

En 2013, la ministre française des Droits des femmes dénonce une « journée de “la” femme, qui mettrait à l’honneur un soi-disant idéal féminin (accompagné de ses attributs : cadeaux, roses ou parfums) » et souhaite « une journée de mobilisation [...] pour rappeler que l’égalité femmes-hommes est une priorité. »



 


Notes :
Expliquer ma vénération pour les femmes qui a commencé à trois ans.
Elles donnent la vie, l'homme la détruit.
Il ? Je ?
Accepterais-je sans recul la terrible douleur du manque d'elle ?





Il vénère la femme depuis la naissance de sa petite sœur. Il l'a aimée tout de suite et ils s’entendaient à merveille. Leurs disputes ne duraient jamais longtemps. Il a encore ses lettres quand leurs parents les séparaient et qu’ils se languissaient l’un de l’autre. Lui était en camp avec le Père Pierret, elle était à l’hôpital. Il l’a vue grandir, elle lui a tant appris sur la femme. Jusqu’au terrible jour. Elle est partie à quatorze ans et neuf mois et sept jours. Ils avaient trois ans d’écart et un mois et trois jours. Il était son grand frère, elle était sa petite sœur chérie. Sa deuxième sspt après celle de la naissance.

Aujourd’hui elle le protège et l’accompagne. Elle est ce coup-ci à la balnéo, une splendide athlète bimbo de la trentaine qui fait du sport tous les jours. Elle est si délicate quand elle verse le deuxième seau de glaçon dans son bain. La dernière était internée avec lui, dix-neuf ans, boulotte, dépressive et suicidaire. Ils ont beaucoup parlé. Il pense qu’il l’a aidée et que c’était son tour. Il y a souvent une Isabelle autour de lui à laquelle il prête toujours la plus grande attention. Mais il ne la voit pas, il ne peut pas l’appeler. Et parfois comme sa mère, il lui tarde de la retrouver.

Il envie systématiquement ses compagnons d’infortune qui lui disent sur le banc de l'hôpital, un grand sourire aux lèvres :
- J’ai ma petite sœur qui vient me voir ce week-end. Avec ma nièce. Je suis content.
Auxquels il répond invariablement, le cœur brisé sous son masque où s’affiche son plus heureux sourire, show must go on :
- Je suis content pour toi. Tu m’en parles de ta petite sœur ?
Qu’est-ce que c’est une petite grande sœur ? Il ne le saura jamais.

 

 

 




- Tu grimaces un peu, mon bébé ?
Pas la peine d’être devin, mais il aime l'entendre de sa propre bouche :
- Dimanche, j’ai mes règles.
Rare que Camille fasse aussi court. Ça doit être douloureux ce coup-ci. Il s’est toujours demandé ce que ça faisait, mais il n’aura jamais la réponse. Un truc comme ça, il faut le vivre. Peut-être comme se raser tous les jours ? :
- Je comprends.
- C’est dur des fois, soupire-t-elle. Et ça n'est jamais pareil en plus. Ça se voit tant que ça ?
- Non, non, bébé ! Je sens que tu souffres et je compatis, ma chérie.
Surtout ne pas l'énerver, première règle des règles. Raser les murs et attendre que ça passe. Etre le plus gentil possible. Les hormones sont hors de son contrôle :
- Vous avez de la chance d’être un homme.
Ce n’est pas la première fois qu’il entend ça, mais aucune ne lui a répondu oui quand il leur demande systématiquement en retour :
- Tu aurais préféré être un homme ?
- Ho non ! Surtout pas !
Un cri du cœur qui l’interpelle à chaque fois :
- Je te rappelle que j’en suis un.
- Non, pas vous !
- Si !!
Il a essayé de lui raconter ses faits d'armes, même s'il sait que les femmes s’en lassent très vite. Il a essayé et n’a obtenu que des :
- Ah bon ?
Jamais de relances, aucun intérêt, à en déprimer d’avoir appris à les sauver pendant dix-huit mois. Il n’y a qu’avec Raphaël qu’ils échangent avec plaisir leurs souvenirs de guerre, ils étaient tous les deux dans l'Infanterie de Marine, ça les a rapprochés tout de suite. En l’entendant parler de ce qu’il a vu et fait dans les hôpitaux, il lui a dit :
- Tu connais mieux la guerre que moi. Dire qu’ils voulaient que je fasse carrière.

Camille secoue la tête en pliant soigneusement le drap et la couverture au pied de son lit :
- Vous m’embrouillez ! Oui, non ! Vous, vous êtes différent.
- Différent ?
- Vous savez bien ce que je veux dire. Arrêtez de me taquiner.
Solidaire de ses frères la bouche bée et ras la casquette devant leurs sautes d’humeur redoutables :
- Tu sais mon bébé, c’est impossible à imaginer pour un homme. J’ai essayé ! Souvent ! Mais rien à faire. Les douleurs, la migraine, le mal aux reins, au dos, le ventre ballonné. Et les tampons, les serviettes, les odeurs, les taches, les courses aux toilettes !
Il respire une grande bouffée d’air hospitalier :
- Et les nerfs en pelote, la fatigue. Et celles qui ne veulent pas faire l’amour pendant. Qu’est-ce que j’en ai bavé ! Et ça tous les mois pendant des dizaines d’années ?
L’effroi de la goutte qui glisse le long de la cuisse, Cathy lui a raconté, sa mère ne lui avait pas expliqué :
- Tu oublies la température.
Il en frissonne. Un cauchemar récurrent. Tous les mois pendant au moins quarante ans, même si la pilule les régulent un peu. Est-ce que la ménopause leur fait des vacances malgré la douleur psychologique du passage, les bouffées de chaleur ?
- Dans le même genre, l'homme est incapable d’endurer un accouchement. Ça a été prouvé scientifiquement.
Il se demande toujours comment ils ont pu l'expérimenter, mais ça fait très très  mal c’est sûr. Il a vu Sylvie accoucher de sa fille, sans tomber dans les pommes, un cliché. Pour Sabine c’était par césarienne. Sa jambe se met à trembler, normal vu ses pensées sur la douleur se dit-il aussitôt. Camille s’agenouille et pose fermement sa main sur son genou tandis que de l’autre elle maintient sa cheville. Elle l’apaise comme on le lui a appris, les yeux professionnels sur sa jambe ou dans les siens pour vérifier la qualité de ses gestes. Une fois calmé :
- C’est exactement ça. Vous, vous comprenez. Mais j’aime être une femme même si ce n’est pas évident tous les jours.
- J’aurais aimé aussi…

Rare qu’il laisse traîner des petits points, mais là, il ne peut pas faire autrement. Il lui sourit, elle reprend son travail, il s’imagine. Des seins lui poussent tandis que son sexe disparait. Il apprécie ses nouvelles courbes dans un miroir, se détaille pour rajouter les dernières touches à son utopie, un peu plus de hanche, le petit bidon, des épaules rondes, de longs cheveux bruns, charmante mais pas bimbo. Etre une femme. Il lance souvent ce vœu à l’univers pour sa prochaine vie. La liste de leurs qualités est plus longue que celle des hommes. Malgré quelques expériences où il a appris qu’elles pouvaient être rancunières comme Véronique ou folles de jalousie comme Magalie ou matérialistes comme Isabelle, devenue conseillère spirituelle ce qui ne cesse de l’étonner car elle ne lui a jamais pardonné. Bien sûr elles ont leurs défauts :
- Nul n’est parfait.
Lui rappelle son copain du Marais. Mais elles sont si peu nombreuses à faire du mal en regard de la cruauté du mâle, il porte bien son nom.

La femme donne la vie tandis que l’homme la reprend, il a appris à le faire. Sans elles il n’aurait rien été, il n’est rien et il ne pourra jamais s’en passer. Il en est complètement toqué et la vie à deux lui manque un peu, comme à André, même s’ils n’osent pas se l’avouer. Il a choisi la solitude car sa maladie est trop lourde à supporter. Voir décliner l’être que l’on aime est une atroce épreuve à laquelle peu de couples résistent. Il comprend. Qu’aurait-il fait à leur place ? C’est insurmontable. Les soins deviennent de plus en plus lourds. Où va leur vie ? Les conjoints ne sont pas des garde-malades. Il les comprend. Et de toute façon, sa maladie lui est plus supportable seul. Mais il est entouré de femmes. Il ne le fait pas exprès et il aime sa chance. Il éprouve une gratitude envers elles qui le dépasse. Leur dévouement, leur énergie, leur compassion, l’amour inconditionnel de sa mère, lui font souvent dire à Camille :
- Et toi, parle-moi de toi, comment tu vas ?
Souvent elle parait surprise de son attention, lui qui aurait tant de raisons de se plaindre entend-il souvent à son sujet  :
- Allez ! Je t’écoute.
Alors elle lui parle d’elle, de son copain qu'elle aime, il lui tarde de le rencontrer, de ses copines, des fêtes prévues, de ses petits problèmes rajoute-t-elle entre guillemets. Il attend bien sûr avec impatience la fin de l’histoire, homme il est, qu’elle lui rejoue comme si elle y était :
- Mais alors ?
- Attends !!! Je n’ai pas fini !
- Tu aurais du être comédienne.
- J’étais bonne en théâtre.
L’ interrompre dans son élan, c’est comme rire avant que la blague soit terminée.
- J’en étais où maintenant ?! Oui, on était quatre dans la boutique.
Et alors ? Et comment fait-elle pour retenir ça ? Est-ce essentiel ? A-t-il un jour compté le nombre de clients, lui qui compte presque tout ? Cette perception du monde le stupéfie. Il y a là un don de l’observation qu’il imite consciencieusement.
- Dans ma prochaine vie, femme je serai, mon bébé. Règles incluses.
Camille rit aux éclats. Il a moins mal aux pieds.


 



 

 


Notes Documentaires à caser, citations :


Fran Drescher (Une nounou d'enfer, pieds grecs nerveux) :
- J'adore mes pieds.




Virginie Efira (pieds égyptiens lisses) :
- Comme je n'aime pas mes mains, je montre mes pieds.



 

 

 


ND Wiki : les célébres amoureux du pied.
Ecrire un mot sur la fascination de Quentin Tarentino pour les pieds d'Uma Thurman ??? J'ai vu plus beau. Ses longs plans-séquence dans la voiture après son coma de sept ans ? J'ai  longuement essayé de faire bouger mon pouce, mais sans succès, on n'a pas la même chose. D'ailleurs sa réussite est impossible (émotion du cerveau limbique), mais c'est un film (recul salutaire du néocortex).

"De nombreuses célébrités s'impliquent dans l'amour du pied et incluent notamment : Quentin Tarentino, Andy Warhol, Britney Spears, Casanova, Charlie Sheen, Christian Slater, David Boreanaz, Elvis Presley, Enrique Iglesias, Jack Black, James Joyce, Joann Sfar, Goethe, Luis Buñuel, Pharrell Williams, Ricky Martin et Tommy Lee Jones."


 



Camille s’approche et pose son pied droit sur sa cuisse pour lui montrer sa nouvelle couleur :  
- C’est quelle couleur ?
- Mais violet ?
Il fait partie de ses impossibles :
- Ha, c’est ça violet ?
- Oui ! Oh pardon, j'oublie toujours que vous êtes daltonien.
Chris essaie de le mémoriser une fois pour toute, en se disant que de toute façon ça ne sert à rien. Il voit du bleu bizarre d’un ongle à l’autre. Elle les bouge : 
- Alors ? Vous aimez ?
- Oui, bien sûr ma Camille. Mais j’aurais dit bleu-marine bizarre.
- Mais non ! C’est du violet.
Elle a encore oublié.
- Bon. Donc tu as un haut violet ? Ou des chaussures ?
- Des tongs. Comment le savez-vous ?
- Isabelle change son vernis selon les couleurs qu’elle porte. Un boulot monstre ! Je n’aime pas les tongs. Les pieds sont trop à plat.
Elle se met sur ses orteils :
- Jolie pose.  
- Celles-là, je suis sûre qu’elles vous plairaient.
- Ça m’étonnerait.

Il n'aime pas les tongs, ça les aplatit. Quant à ses Scholls, il les déteste. Comme il a du mal avec l’automne et l’hiver qui les obligent à se cacher. Il est pour une légère cambrure mais totalement contre les talons aiguille. Ça leur fait mal et endommage sérieusement leur colonne vertébrale. Leurs doigtd sont crispés pour ne pas dépasser ni se salir au risque d’attraper tout ce qui traîne sur les tapis rouges mal lavés, il connait. Il faut un sacré entraînement et une grande résistance pour marcher normalement sur une si fine assise. Quand il voit ses stars obligées de se chausser ainsi, à la fois il les plaint et leur dit ben assume. Après tout, elles l’ont voulu, au-delà de la dictature masculine. Mais quand le pied est bien, le corps est bien.

Il ressent une douce chaleur se diffuser dans son corps. Son énergie. Camille ne sait pas qu’elle le magnétise.
- J'aime, ça me réchauffe. J'ai les jambes si glacées.
- On a tout notre temps.

Il s’absorbe dans la contemplation de son pied. Le grain de beauté entre le pouce et l’index. C’est joli. Il a lu quelque part que c’était rare et que Marilyn Monroe avait le même. Ce n’est pas joli, rectifie-t-il, c’est beau. Il s’arrête sur la petite cicatrice à la base de sa cheville. Certainement un bobo d’enfance, une chute de vélo, un coin de meuble, un gros caillou tandis qu’elle courait avec sa meilleure amie pour aller grimper dans l’abondant cerisier. Á moins qu’elle n’en soit tombée, gourmande qui veut attraper la belle rouge au bout de la branche.

Il préfère le triangle des pieds grecs comme ceux de Camille. Le majeur doit apparaître pour parfaire le chef d’œuvre. Rares sont les artistes qui savent leur rendre honneur tant l’exercice est difficile. Il en a bavé aux cours du soir des Beaux-Arts. La première chose qu’il regarde dans une peinture de nu, sa préférence à lui, ce sont les pieds. Après, il reprend sa vue d’ensemble. Mais si les pieds sont loupés, son estime pour l’artiste en est sérieusement écornée. 

- Tu souris ?
- Parce que je me sens bien. Tu me fais tout chaud à l'intérieur.
- Je me sens bien si vous vous sentez bien.
Le temps s’arrête. Il déguste. 
- Merci Camille.
Il aime ses pieds depuis qu'elle l'a douché la première fois. Il le lui a dit tout de suite. Ses ongles sont vernis sans dépasser, violets, il faut qu’il retienne. Il apprécie la prouesse. Il a essayé une fois de le faire, histoire de ne pas mourir idiot. Tremblant à l’idée de dépasser, il a forcément dépassé et enragé s’est arrêté au deuxième. Une fois accepté leur indéniable talent, il admire depuis ce jour la performance à sa très juste valeur. Son dos est nerveux. Ses tendons apparents leur donnent de la force. Il suit le réseau de ses veines et voit les branches d’un arbre monter vers sa cheville avant de pénétrer son mollet pour remonter jusqu’au cœur via une canalisation qui le fascine sur les merveilles de la création.
 
- Alors monsieur Sourire ?
- Le pied adulte a vingt-six os, seize articulations, cent-sept ligaments qui les tiennent et vingt muscles pour leurs mouvements. Et les deux pieds font le quart des os du squelette.
Il l’a dit sans s'essouffler, il se félicite.
- On n’en est pas encore là. Mais comment savez-vous tout ça ?
- J’ai aidé une copine à passer son diplôme de réflexologie.
- Et ça marche ?
- Depuis des milliers d’années. Il y a un point pour chaque organe, glandes, etc, tu connais le corps humain mieux que moi. Et ça donne de très bons résultats. Ça a bien marché sur moi. J’avais moins mal.  
- Vous savez le faire ?
- Un peu ? Celles que j’ai massées ont ressenti des bienfaits. Mais il faut plusieurs séances.
- Vous pourriez ? Oh excusez-moi !
Elle met sa main sur sa bouche. Il lui sourit, heureux qu’elle ait oublié son état :
- Oui. Il faudra seulement que tu prennes mes mains et je te guiderai.
- Merci ! Je veux bien, oui. J’ai si souvent mal aux pieds. On est toujours debout.
- Je t’apprendrai à les apaiser. C’est facile. Et ton corps entier en profitera. Il faut juste que je révise mes connaissances. Reste encore un peu Camille, je suis bien, je n’ai plus mal.



 

Tongs, Christina Ricci (petits pieds égyptiens lisses)

 

 
Talons hauts, Catherine Bell (Jag, American Wives, pieds grecs lisses) :



 

 

 


 

Elles savent leur pouvoir. Et ce n'est pas limité aux stars qui doivent dépenser des milliers de dollars par an pour les entretenir. Regarde-les, regarde-toi en été. Nathalie ma chérie me montre chaque changement de vernis en m'expliquant le pourquoi dont je me fous, homme je suis, une question de chaussures ou de tenue ou d'air du temps. Je les regarde et j'apprécie avec plaisir, elle le sait. Elle me dit tout le temps la couleur, car elle n'oublie plus que je suis daltonien. Elle en change au minimum une fois par semaine :
- Regarde, ils sont mauves.
- Ah, c'est ça le mauve ? Je le voyais plus foncé.
- Comme ton drap housse.
- Bon. Ok, j'imprime.
Tu parles ! J'admire longuement le travail à sa juste valeur tandis qu'elle me montre un pied puis l'autre. Et je finis souvent par un :
- Mais quel boulot !! J'y crois pas. C'est dur d'être une femme...
Auquel elle répond souvent :
- Mais non ! C'est facile et j'aime bien. Alors ça te plait ?


Jennifer Aniston (pieds grecs nerveux, s'est tatouée "Norman" sur le pied quand son chien est mort ??) :


Ingrid Chauvin (pieds égyptiens mi-nerveux) :


Catherine Bell (Jag, American Wives, pieds grecs lisses) :


Emmanuelle Béart (pieds égyptiens presque romains) :

 

 

 

 

ND Wiki :
" On distingue les pieds selon la forme de leur extrémité :
Le type égyptien où l'extrémité du gros orteil est la plus grande.
Le type grec où l'extrémité du deuxième orteil est la plus grande, avec un pied en forme de triangle.
Le type romain où les extrémités des trois voire quatre premiers orteils sont égales.

Un orteil (du latin : articulus, « articulation »), ou doigt de pied dans le langage courant en Europe, est un des cinq appendices du pied, analogues aux doigts de la main, mais sans véritable fonction préhensile. Les orteils sont numérotés du plus médial au plus latéral, du premier au cinquième ; le premier est parfois dénommé hallux ou « gros orteil », et le cinquième est parfois dénommé « petit orteil ». Les orteils sont formés de trois phalanges, sauf le premier qui n'en compte que deux."

Il n'y a pas de noms à trois de nos orteils. Tout a un nom, car l'homme adore nommer ce qu'il voit jusqu'à baptiser les étoiles. Et trois de nos orteils sur notre corps ne sont que des numéros ? Oh la main, ils ont vite trouvé le nom de chaque doigt. C'était facile, ils se sont observés. Mais pour les doigts de pied, rien... Je déteste les trois petits point mais tant pis, car j'hallucine encore. Gros orteil, ils ne se sont pas trop foulés, deuxième orteil, troisième orteil, quatrième orteil, petit orteil, logique. Un autre nom n'existe pas mais je ne vais pas plomber l'ambiance. Et puis orteil ? La première syllabe me rappe la gorge et la seconde me donne envie d'éternuer. C'est laid comme mot. Aucune poésie. Doigts de pieds c'est déjà mieux. J'ai longuement cherché à les nommer, normal je suis un être humain. J'ai opté pour l'instant pour leur donner le même nom que ceux de ma main. Je sais, à auriculaire, on imagine la position. Mais c'est plus poétique et il n'y a plus de numéros sur mon corps. Enfin je crois ?


Pieds égyptiens mi-nerveux, Ingrid Chauvin :



Pieds grecs nerveux, Nicole Kidman :



Pieds grecs lisses, Portia de Rossi (Ally Mc Beal) :



Pieds romains, Vanessa Marcil (Las Vegas) :




 


 

ND Wiki :
"Le fétichisme du pied est une paraphilie caractérisée par un désir et une excitation sexuelle pour les pieds (habituellement féminins) à l'exclusion de tout le reste. Au sens populaire du terme, le fétichisme du pied est l'amour du pied, sans que cela revête un caractère d'exclusivité."

Ca me rassure, j'aime tout et ses pieds. "L'amour du pied" oui, l'adoration, non.

"D'après de nombreuses études, le pied est considéré comme la préférence sexuelle la plus répandue au monde. Lors d'une étude menée en 2007 à l'Université de Bologne, il a été démontré que les pieds et les doigts de pied étaient les parties corporelles les plus induites dans la sexualité. Cette étude spécialement démontrerait également que l'attirance des pieds serait plus répandue que celle des fesses ou des seins."

Le pied. Une large majorité d'hommes regardent les yeux (scientifique, en premier) puis les pieds puis les seins et les fesses. Comme moi.

"Les femmes aussi bien que les hommes sembleraient partager ce type d'attirance. Les femmes âgées entre 20 et 40 ans rapportent adorer avoir leurs pieds caressés (ou léchés) lors d'un jeu de rôle ou durant des activités sexuelles"

Vrai !!! Elles ont aimé, elles me l'ont dit.



 

 


Mes saisons préférées en Europe ? Le Printemps et l'Eté. Quand ils se dénudent. Juste quatre ou cinq mois, sniff, je préfère les Tropiques. Mais cinq mois que je savourais à la terrasse des cafés quand je marchais encore. A mon deuxième demi, six pages noircies selon le conseil de Cocteau, je me posais pour les admirer et me redonner du tonus. J'ai été pris sur le fait bien souvent mais je voyais toujours comme un sourire dans les yeux de leurs propriétaires. J'étais peut-être leur récompense pour le travail qu'elles se donnaient à les embellir ? Je regardais d'abord leurs yeux bien sûr, c'est prouvé scientifiquement, mais au lieu de avant de passer à la silouhette la revue de détail habituelle naturelle, je commençais par leurs pieds. J'ai ainsi constaté qu'ils étaient souvent comme les mains, ce qui m'aide à les imaginer en Automne et en Hiver.


 



Et après ??? Chapitres possibles.
ND et expériences (sinon c'est lourd, faire comme André)

Le pied dans l'art.

Faire court. Ne pas oublier la difficulté de l'exercice, mon expérience aux cours du soir des Beaux-Arts (bizarre comme il n'y avait aucun érotisme, pas de voyeurisme, juste les fuseaux levés pour les proportions ? Les pieds et les mains ?! Des centaines de coups de gomme, je suis un foutu perfectionniste. Le reste, ça allait, même les grains des tétons. Le Maître aimait mes ombres et mon style. Mais les mains et les pieds, j'en ai chié).

Le pied dans la pub.

Les mannequins de pieds. Les produits pour les pieds qui fleurissent début mai (voire mi-avril pour les annonceurs qui ont les moyens). Les pieds gratuits à usage érotique (trop souvent chaussés, exemple (mysooginie incluse) de Paco Rabanne avec son mannequin dans un verre, idiot! une coupe de champagne, prête à être bue par le gros GROS con salace d'Invectus et finie par l'énorme, le tête à claques, l'immonde petit bourge de Million qui claque une femme des doigts. Suis-je le seul à voir à quel point Paco Rabanne déteste la femme autant que Jean Paul Gaultier l'adore ? Rappel : BIEN REGARDER LA PUB LE SOIR. NON !!! Je ne pourrai pas ! Continuer à choper leurs énormités quand j'écris.

L'art japonais de l'amour du pied.

Ah oui  Le problème du petit orteil trop petit ! Jennifer Love Hewitt, Vanessa Paradis !). Non, que du positif. Je les aurais aimé comme ceux d'Isabelle et de son annulaire plus petit (?), à qui j'offrais de belles chaussures (ouvertes) qui les rendais admirables et admirés ouvertement. De l'imperfection nait la perfection. Elle aimait que je les aime, elle les soignait pour moi. Je ne jouais pas souvent avec mais je les aimais comme j'aimais chaque courbe, chaque rondeur, chaque recoin, chaque goutte de sa sueur que j'avalais avec délice.Toutes ont aimés, notamment Cathy et Magalie qui adoraient l'art japonais que je leur faisais découvrir avec plaisir. Je leur faisais de la réflexologie sans le savoir. Je l'ai apprise plus tard avec Nath qui passait son diplôme de réflexologue. A force de la faire réviser et de jouer le cobaye, j'en ai su autant qu'elle. Et surtout que je l'avais fait sans le savoir donc :

La réflexologie

Une médecine tri-millénaire remise au goût du jour dans les années 30. Nath me soignait en s'exerçant tandis que je lui faisait travailler ses devoirs. Simplifier, les gestes de la main entière seulement, dans le bon sens, les minimum 20mn nécéssaires par pied et par main, jamais un seul, les étirements, la rotation de la cheville. ATTENTION aux pressions, mieux vaut consulter un vrai réflexologue pour éviter de déséquilibrer son corps. 

 

 

 






 


 


ANNEXES

Sommaire

1 - Femme et Homme mode d'emploi
2 - Apprendre en riant
  3- Le fonctionnement de notre cerveau
4 - Promotion ET Exhibitionnisme (??????)

Annexes à prévoir : LA MYSOGINIE, LE MACHISME, LE PATRIARCAT.





 


Annexe 1
Femme et Homme mode d'emploi

 


A corriger, des fautes

 

Ouvre ton cahier sur une page blanche. Ne note pas tout, juste ce qui éveille en toi un gros "Ha bon ?!" ou un "Ha ! Ok." qui va changer ta perception de l’autre, et un "Ha, c’est pour ça !!!?", car c’est cela que tu avais besoin d’apprendre.

 

Si l’on observe bien la femme, on s’aperçoit vite qu’elle est plus portée sur le verbal que l’homme centré sur l’action et la compétition. C’est dit. Un qui s’agite dans tous les sens, une autre qui jacasse à longueur de temps.

 

La femme a besoin de partager ses idées, ses sentiments, ses émotions, sans que tu lui trouves une de tes foutues solutions dont elle n’a strictement rien à battre, s’exprimer lui suffit. Tandis que l’homme contrôle et retient les siens. Il transmet des informations et cherche des solutions, ce qui n’est est pas attendu et la pousse à croire qu’elle n’est pas écoutée. En résumé, la femme est moins émotive mais elle s’exprime davantage alors que l’homme est en réalité plus émotif mais n’exprime rien, ce qu’il importe de ne jamais perdre de vue dans sa vie conjugale.

 

C’est con hein ? Alors l’homme a trouvé l’art pour le faire. Regarde le nombre d’hommes artistes en comparaison de celui des femmes. Hallucinant. Comme il la ferme, il doit créer.

 

Revenons à nos moutons. Par exemple, dès l’école maternelle, sur cinquante minutes de classe, les filles parlent quinze minutes et les garçons quatre fois moins. Et si ça s’arrêtait là. À l’âge de neuf ans, les filles présentent en moyenne dix huit mois d’avance verbale sur les garçons, Einstein n’a parlé qu’à l’âge de cinq ans. ?... Et, adulte, personne ne me contredira, une conversation téléphonique entre femmes dure en moyenne vingt minutes tandis que leur compagnon en train de regarder bêtement bouillir l’eau des pâtes, environ six minutes genre communication al dente. Et quand il en a une au téléphone, il espére souvent la fin tant ça se noie dans des détails qu’elle pourrait lui dire le soir à table, au moins ça ferait un sujet. Bref.

 

La Femme est orientée dans le temps, Lui dans l’espace. Elle se repère d’après des objets et des signes concrets. Il s’oriente dans une direction abstraite, c’est le champion des raccourcis. Son ouïe est plus développée !, fais gaffe. Son sens du toucher aussi. Elle possède jusqu’à dix fois plus de récepteurs cutanés. Quelle chance. Le savent-elles au moins ? Les hormones de l’attachement et des câlins dont elle dispose en pagaille, elles existent avec des noms super compliqués, décuplent son besoin de toucher et d’être touchée. Tu comprends ainsi l’importance des préliminaires et des bisous pour rien dans le cou.

 

Son olfaction est plus fine. Elle a une meilleure mémoire visuelle d’où son attention au rangement des objets à la place qu’elles ont choisie, toi tu as fermé ta gueule car tu as vite compris qu’elle parlait comme ta mère qui disait de tout ranger à sa place même si sa place était parfaite pour toi.

 

Elle reconnaît mieux les visages, fais toujours monter tes conquêtes par l’escalier. En plus, c’est très bon pour leurs muscles fessiers. Donc pour tes ébats. Enfin, et j’en passe, son sixième sens chimique et relationnel perçoit les phéromones qui traduisent ton désir sexuel, tes colères, ta crainte, tes tristesses. Ca fait partie de la fameuse intuition féminine. Hé oui. Rajoute à ça son talent d’observation et sa prodigieuse mémoire, et tu ne mentiras plus, je te le garantis.

 

Mais les mâles, ne vous en faites pas, vous n’êtes pas non plus dénués de talents, vous allez voir. De toute façon, sans nous elles ne feraient pas grand chose et pile et face.

 

Pause. On va s’en griller une petite. Le temps de bien avaler tout ça.

 

Mais comment se fait-il que ça se fait ? D’où viennent ces différences qui font de nous des êtres incapables de se comprendre ? Prouve scinetifiquement. Et pourquoi on ne nous l’apprend pas tout petit ?! Ça nous éviterait tellement de conneries. Des deux côtés.

 

Les chercheurs expliquent ces nombreuses différences biologiques et fondamentales par la sélection naturelle tout au long de plus d’un million d’années d’évolution de l’espèce. Elle aurait modelé nos cerveaux et nos organes des sens.

 

L’homme s’est adapté à la chasse sur de grands espaces impliquant une poursuite muette du gibier pendant plusieurs jours, puis le retour vers la grotte d’où son sens de l’orientation. Donc peu d’échanges verbaux. Pendant ce temps, le cerveau de la femme s’est adapté à l’élevage de sa progéniture et au partage verbal dans le cadre restreint de la caverne. Ainsi et sur le plan purement biologique, laissons tomber l’éducation qui s’y rajoute, les hommes sont programmés pour la compétition et les femmes pour la coopération. Essaie un truc. Pose un ballon par terre et tu verras qu’un garçon shoote et qu’une nana le ramasse et le serre contre elle. Un ballon de foot ?! Et partout dans le monde !!! Nos différences sont donc indépendantes de notre apprentissage de la vie mais bien directement liées à nos hormones que voici.

 

La testostérone développe la force musculaire, la vitesse de réaction et l’impatience. Quatre vingt douze pour cent des conducteurs qui klaxonnent sont des hommes.

 

Lecteur, je te liste tes capacités comme promis : l’agressivité, la compétition, l’instinct de domination, car le mâle dominant engendre et maintient la qualité de l’espèce. Tu fonctionnes encore comme un grand singe. L’endurance et la ténacité, la cicatrisation des blessures, la barbe et la calvitie, on peut pas tout avoir.

 

Tu vois de loin pour repérer les animaux, même en plein centre ville, et les dangers que tu flaires à longueur de journée. Doué pour le lancer de précision, tu sais t’orienter dans l’espace pour ramener le produit de ta glorieuse chasse jusqu’à la grotte, ou à bon port ta belle qui n’a pas su lire la carte, tu es con de lui avoir demandé. Tes hormones te donnent le goût du risque, la soif d’aventure, le besoin d’expériences nouvelles qu’elle ne comprendra jamais vu son obsession à être sécurisée. Les génies tout comme les fous sont le plus souvent des mâles. Et tu es irrésistiblement attiré par des femelles jeunes à protéger et surtout capables d’enfanter.

 

Quant à toi lectrice tes œstrogènes développent les mouvements de précision. Tu peux plier plus facilement chaque doigt séparément. Ta graisse qui te prend la tête et enrichit les labos, est là pour protéger et donner des réserves à ton bébé. Ta mémoire verbale est prodigieuse, genre je t’ouvre un dossier vieux de dix ans. En un million d’années tu as développé la vision de près et grand angle pour repérer ta progéniture et toute intrusion étrangère, l’ouïe et le chant, jusqu’à être six fois juste plus souvent que ton partenaire. Ta reconnaissance des sons est bien meilleure, pour entendre ton nain au milieu de la marmaille qui hurle au fond de la crèche. Tu reconnais et nommes les couleurs avec plus de précision grâce à ton chromosome X. Et tu es irrémédiablement attirée par un mâle dominant, fort et expérimenté, socialement reconnu donc moins jeune mais capable de te protéger.

 

Des questions ?
Illustration ?

 

 





 


 


Annexe 2
Apprendre en riant



A voir en couple, mieux que le bouquin ! et t'es ptdr

De John Gray, adaptée et jouée par Paul Dewandre, mis en scène par Thomas Le Douarec
« Les Hommes viennent de Mars, les Femmes de Vénus »

Paul Dewandre livre une approche théâtrale du best-seller "Les Hommes viennent de Mars, les Femmes de Vénus". Avec humour et une pointe d'ironie il caricature les travers des hommes et des femmes dans leur relation de couple.









 


 

Annexe 3
Le fonctionnement de notre cerveau

 

Polycop distribué après un cour de vente aux BTS Tourisme du Lycée Hôtelier de Marseille. Merci aux nombreuses sources que j’aurais du noter.



 
COMMENT JE FONCTIONNE ?

Notre cerveau est constitué de trois couches superposées au cours de l'évolution :

LE NÉOCORTEX           
Conscience Intellectuelle
Verbal, Langage, Symbolisme
               
LE LIMBIQUE       
Conscience
émotionnelle
Non verbal, Adaptation au milieu, Actions - Pulsions

LE REPTILIEN 
          
Conscience physique
Non verbal, Instincts


LE CERVEAU REPTILIEN


Instinctuel, siège de la conscience physique, le fondamental, la protection de l’espèce, la survie, boire, manger, se reproduire, l’agressivité, la défense du territoire, l’identité.

Les êtres humains avaient, à l'origine, essentiellement un premier cerveau reptilien dont l'homme conserve encore bien des instincts de base (dont l'instinct de conservation).

Il est la source des comportements primitifs qui répondent à des besoins fondamentaux comme la sauvegarde de l'individu et de l'espèce.

Ces comportements sont incapables d'adaptation et restent insensibles à l'expérience du fait que le cerveau primitif n'a accès qu'à une mémoire à court terme. Une même stimulation produira toujours le même effet.
Exemple : la fuite inscrite héréditairement dans chaque individu est un mécanisme nécessaire, imparable, stéréotypé.

Il correspond à notre univers non-verbal de gestes et comportements automatiques.  Il est le lieu de la routine, des itinéraires fixés à l'avance, des rituels, cérémonies… De ce fait, le " langage reptilien " est essentiel dans les relations humaines ». 


LE CERVEAU LIMBIQUE

Ou Cerveau paléomammalien (système limbique)

Émotionnel, siège de la conscience émotionnelle. L’adaptation à l’environnement, la mémoire à court terme, le ressenti de l’instant.

Superposé au cerveau reptilien, le cerveau limbique est le fruit d'une évolution beaucoup plus tardive. Le rat n'a qu'un cerveau reptilien et limbique, à peine un cortex, le chat aussi (avec un début de cortex).

Comme le cerveau reptilien, il ne s'exprime pas verbalement mais peut exciter le cortex qui lui s'exprime par la parole.

Sa fonction essentielle est la survie par une bonne adaptation à l'environnement social : empathie, statut social,  intégration à un groupe, convictions et croyances, sentiment de sécurité... C'est aussi le lieu des mécanismes de motivation, réussites et échecs, plaisir et déplaisir... 


LE NÉOCORTEX

Ou Cerveau mammalien

Intellectuel, siège de la conscience intellectuelle. La mémoire à long terme, les fruits de l’apprentissage.

Chez les mammifères supérieurs, le cortex s'est développé vers l'arrière, enveloppant tout le système limbique d'une couche épaisse de neurones aux ramifications complexes.
 
Il a pris dans l'espèce humaine, un développement considérable dans les régions orbito-frontales qui permettent un moyen d'association des éléments mémorisés. L'homme peut recombiner ces éléments mémorisés d'une façon différente de celle par laquelle ils nous ont été imposés par le milieu ; le cerveau peut alors créer des structures nouvelles, "les structures imaginaires" (H. Laborit). 

Il représente la conscience, la capacité symbolique (capacité de remplacer certaines choses par d'autres), le langage, base de la pensée abstraite. Seul le cortex a cette capacité : c'est pour lui un moyen de gérer les autres cerveaux plus anciens. Il correspond au stade de la reconnaissance de l'objet comme réalité externe dans un espace donné. La manipulation des concepts, de l'abstraction par les systèmes associatifs, la prise de distance par rapport à l'objet donne à l'homme des possibilités presque infinies de création.


LE CERVEAU DROIT ET LE CERVEAU GAUCHE

Le cerveau humain est divisé en deux hémisphères :

Attention : nous n'avons pas deux cerveaux, l'un à droite, l'autre à gauche. La terminologie cerveau gauche, cerveau droit est donc une approche fonctionnaliste et métaphorique.

Vous rencontrerez des personnes à dominance du cerveau droit, les latins, et d’autres à dominance du cerveau gauche, les japonais par exemple.

Chacun d'entre nous, a une partie qu'il utilise plus que l'autre, la droite pour l'écrivain, la gauche pour les comptables. La prédominance de l'une ou de l'autre s'entend dans le langage et les comportements de votre interlocuteur.


LE CERVEAU DROIT


Á droite : l’artiste.

La création, l’action, l’intuitif, le siège des processus symboliques et analogiques.

C’est de lui que tout part car tout est créé par la pensée avant d’apparaître dans la matière.

L'hémisphère droit est très doué pour les choses concrètes, la visualisation d'une image ou d'un objet, des opérations en parallèle, la perception que l'on a de soi-même ou une vue d'ensemble. Il est qualifié de visuo-spatial.

L'hémisphère global (situé généralement à droite) s'active chaque fois que nous :
traitons une information dans sa globalité, simultanément,
pratiquons une activité artistique : couleurs, images, symboles, rythmes sont des moyens d'expression de cet hémisphère,
percevons des émotions dans le langage de notre interlocuteur…

Le cerveau droit gère les images, il est synthétique, global. Il fonctionne non pas avec les codes mais avec les analogies, il est le lieu  du concret, du palpable, de l'action. Une personne "cerveau droit" utilise volontiers les comparaisons et les métaphores. C'est le lieu de l'intuition, de la créativité. L'approche est plus axée sur les ensembles: métaprogramme global, similitude.

Caractéristiques : 
Visuel (gère les images), hypermétrope, divergent, synthétique, concret, émotionnel (intuitif), spatial, analogique (sensible aux ressemblances), subjectif, passif, décontracté, déprimé, parasympathique, oppositionnel, gestaltique/simultané, intuitif, artistique, psychique, extraverti, goût des ensembles (images globales), démarche inductive, aime le concret, l’action, intuition, estimation, exprime librement les sentiments, souple et spontané, orienté sentiments/expériences, orienté vers le présent, fluidité et mouvement.

Votre discours doit faire appel à son imaginaire, vous lui vendez du rêve, de l’émotion, du ressenti.

(Prochain polycop : comment créer la relation).
 

LE CERVEAU GAUCHE


Á gauche : le scientifique.
Le rationnel, le siège du langage et des processus logiques.

Un cerveau gauche est axé sur le raisonnement, la capacité d’analyse cartésienne, les chiffres, les faits, la matière, la terre, ce qui est.

L'hémisphère gauche est très doué pour tout ce qui nécessite une perception rapide et séquentielle, la manipulations de concepts abstraits tels que les mathématiques, des opérations de précision ou de structuration. Il conserve les informations verbales et sonores. Il est qualifié d'auditivo-temporel.

L'hémisphère langagier, logique, (situé habituellement à gauche) est sollicité chaque fois que nous : traitons une information de manière séquentielle, dans le détail, parlons, écrivons, comptons, lisons, analysons…

Une personne très "cerveau gauche" est logico-déductive, analytique, digitale, rationnelle, à l'aise avec la théorie. Le cerveau gauche gère le langage, les codes. C'est le lieu de l'abstraction. L'approche est axée sur les détails: métaprogramme spécifique, différence.     

Caractéristiques :
auditif (gère les mots), myope, convergent, analytique, abstrait, rationnel, temporel, digital (sensible aux différences), objectif, actif, tendu, euphorique, sympathique, propositionnel, séquentiel/linéaire, mental, scientifique, logique, introverti, goût des détails, démarche déductive, est à l’aise avec ce qui est théorique, analyse, traitement linéaire, contrôle l’expression, ses sentiments, planifié et structuré, orienté langage, orienté vers l’avenir, technique.

Votre discours doit faire appel à sa logique (et pas à la logique, car il faudrait trouver un être qui le soit vraiment). Vous lui vendez de la technique, de la précision, de la rigueur, la réalisation d’objectifs clairement définis.


Rajouter les 4 lobes







METTRE PROMO ET EXHIB EN DEMO D'UNE ANNEXE SUR LA SEDUCTION (WIKI ET AUTRES).


Annexe 4
La séduction

Exemple :
Promotion ET Exhibitionnisme


Le buzz d'accord, mais à ce point ? ptdr et admiratif tant par leur beauté que par leur courage. Regarde bien l'assurance et la fierté qui se lisent dans les yeux de tes stars décolletées jusqu'au nombril. Imagine-les chez elles en train de se préparer, de mesurer l'impact devant leur miroir en pied trois faces comme Nicole Kidman. Se sont-elles dits en s'admirant, pas en se regardant :
- Non, c'est trop.
Ou :
- Avec ça, je suis sûre de faire la Une ! Super !!!
Et son mari, que lui a-t-il répondu quand elle lui a demandé en n'attendant que le oui :
- Tu aimes ?
Est-ce bien sur l'ordre de leur agent qu'elles s'exhibent ainsi ? A quoi elles se shootent ? Rose Mc Gowan on le sait, mais les autres ? Aucune de mes copines n'a osé sauf dans l'intimité. Tu le ferais toi ? Tu porterais un haut transparent pour une cérémonie couverte par la presse internationale ? En sachant que le monde entier verra tes tétons érigés. La célébrité à tout prix... Je trouve que c'est la payer trop cher. Stop. Je me pose trop de questions. Je m'en fous de leurs motifs et de leurs justifications, elles aiment ça, je le lis dans leurs yeux où ne règne aucune pudeur. Et je leur dis merci.

Je rêvais de découvrir vos formes, vous vous dénudez. Vous avez osé les yeux dans les yeux, vous m'épatez. Vous vouliez que je vous désire, c'est fait. Nos rêves sont ainsi devenus réalité. Merci beaucoup beaucoup.

En espérant très fort que vous le fassiez de votre plein gré, sans menaces de représailles si vous le refusez.


Liste non exhaustive des stars exhibitionnistes (soirées, cérémonies, photos) :


Virginie Efira, au Festival de Cannes 2012.
Imagine le délire des photographes.
Regarde ses yeux et son sourire. Elle pose avec fierté.
Derrière elle, une femme la regarde étonnée, presque outrée, j'ai agrandi pour vérifier. Oserais-tu te montrer ainsi devant la presse internationale, aux yeux du monde entier ?
A noter sur la photo qu'à part la scandalisée, personne ne fait attention à elle, elle a du râler quand elle a vu cette photos dans la presse.


Madonna
Nicole Kidman
Jennifer Aniston
Christina Ricci
Eve Angeli : "je suis fière de mettre mon corps en valeur"
Fran Drescher : "j'adore mes pieds"
Alyssa Milano
Rose McGowan
Shannen Doherty
Emmanuelle Béart (la femme est un violon)
Lio (jusqu'au bout de ses fantasmes)
Jennifer Love Hewitt (Ghost Whisperer est une série sur sa poitrine).
Lucy Liu
Virginie Efira : "il y a une forme de féminisme à poser nue"
Natacha Amal
Catherine Bell : "ce sont sans aucun doute les photos les plus sexy que j'ai faites"
Brigitte Bardot
Arielle Dombasle
Etc... La liste est longue, longue...

Au moins c'est clair :

 
 



Les hommes ? Tu me dis ? Ce n'est pas mon truc. Je peux trouver un homme beau de visage, grand, musclé mais le voir nu, beurk ! Trop peu de courbes, des droites et des carrés, il n'y a qu'à voir les sculptures. J'ai caressé celles d'hommes et de femmes (plus nombreuses, je comprends les artistes), ça n'est pas pareil quel que soit le matériau et son grain. C'est beau une femme... Et point à la ligne.


























 




Le conte de Souris
soldat d'assaut
Le journal du Colonel
Itinerrances
Un Sacré rêve
Il va être père. A Paul et Angélique
Pendant ce temps à Veracruz 1
Chris chez Franck Fernandel
Trop top le rateau du voisin !
Dans les coulisses du temps d'un prof
Mon mantra du matin
Le petit bidon
Alice
Daltonien
mon 1er manuscrit refusé
Les "petits" métiers
Youpi ! L'école est finie
Debout
Notre Dame a sauvé Marseille
christian
Ma Méditerranée
Ses pieds lui rappellent
Il compte
La Bougie
Pendant ce temps à Veracruz 2
Pas un bruit
Un thé nature !
Stardate 52510.38.
Au Bois Joli
Foutue Télé !
Ô Toulouuuuuuse
Pendant ce temps à Veracruz 3
ma Méditerranée
Carnet de voyages
Tropiques Calypso
Marseille
Ma page est encore blanche.
Une rose pour Isabelle
Ma Mama corse
Pendant ce temps à Veracruz 4
TV. Lettre à feu.
Dehors l'oiseau
TV, le Grand zapping
Doumé ! La dournée !
TV again
TV folle !
La page est blanche
On vit
Le Routier
Au-delà de la fiction
La plage bis !
Ecocide
Etat des lieux
Nombre de têtes nucléaires ?
Un monde s'écroule
Chacun sur sa planète.
Le con ducteur de BM
Un soir comm'ça.
Pour trouver ton but
L'Infini nous attend
Belle époque
LE CRI
A la maison de retraite
TV war show, 14 juillet
Pauvres fous que nous sommes
France 5, Arrêt sur Images
Education à refaire
De l'amour.
20000 lieues, Les Goudes
"Elle" s'appelle Edith
Pendant ce temps à Veracruz 5
Il aurait aimé naître femme
Dans ma bibliothèque
Mes dimanches
Chez Ingrid
Le Gai Savoir du Pied
Une rose pour Isabelle
L'Invitation
Régression
Bonhomme bonhomme
Mon petit Jésus
Quand j'entendrai le glas
Si tu peux te rendre compte
Les attitudes préalables
Carnac vu par Einstein
BLC ATTITUDE
Le contrat qui nous enchaîne
code-barre
Qui est Je ?
Le chant des Baumes
J'ACCUSE
Un bar à Marseille
Matrix, Le Virus
Puissants, vous paierez
Demain c'est Noël
Les obstacles à la communication
Le chemin des étoiles
J'étais un mouton
Bien communiquer
Femme et homme mode d'emploi
Le BOYCOTT, arme de reconstruction massive.
non-dits, 90 % du message
merde aux annonceurs
Le fonctionnement de notre cerveau
L'éditoLes éditos mai 2017...Les éditos mars 2011/juin 2016Bric à BracItinérrancesIl n’y a pas d’ailleursMots de MaitresFAIS FRONT1984La pilule rouge ou la bleue ?M'écrireMa vie