chez moi
J'étais un mouton


Je m'appellais Christian. J'étais un mouton comme les autres. Je pensais, je parlais et j'agissais comme eux. Je faisais partie du troupeau et je suivais le mouvement sans me poser de questions. Sans même en avoir le début d'une, le pire.

J'étais convaincu d'avoir raison car je faisais ce que tout le monde fait et j'imposais ma vérité exigeant des autres qu'ils y adhèrent. Je ne connaissais rien d'autre. J'étais suffisant, intolérant mais en tous points conforme au normes établies que je ne voulais envoyer aux orties à aucun prix.

Parce qu'on m'a dit que c'était ainsi qu'il fallait faire, que je devais être.

Et je fonctionnais bien, respectant les standards du bon mouton en harmonie. J'étais bien-pensant, je faisais partie des honnêtes gens, toujours à la mode, à la pointe du courant, surinformé, usant et abusant de mes médecins et travaillant en dépit de ma nature paresseuse pour assurer ma survie et celle de ceux dont je me sentais responsable. J'obéissais aux lois, j'ai même défendu ma patrie en apprenant comment on tue des gens. J'étais très politiquement et pieusement spirituellement correct.

Parce qu'on m'a dit que c'était ainsi qu'il fallait être, que je devais vivre.

Métro, voiture, boulot, mauvais dodos, voilà le résumé de ma vie. Ma conscience était morte. Comme une fleur fanée j'étais là, coupé de mes racines, mort avant l'heure. Mais je croyais être vivant ! J'ai cru en tout, me prenant au jeu que je jouais sans m'en rendre compte. J'étais père, travailleur, pratiquant, intellectuel, homme d'affaires, indifférent, un bon garçon. J'endossais mes rôles sans me poser de questions. J'étais inconsciemment tranquille du fond de mon ignorance Sans faire trop de vagues, j'avais bien quelques troubles quant à ce que je constatais mais fallait pas le dire, surtout faire comme les autres pour pas me faire remarquer. J'étais mort de peur et j'achètais la paix que l'on me promettait à l'écran.

Parce qu'on m'a dit que c'était ainsi qu'il fallait vivre, que je devais faire.

Je faisais partie de la majorité silencieuse. Je faisais confiance en qui me gouvernait, c'était bon pour moi toutes ces lois qui me protègent. Je croyais qu'ils veillaient sur mon bien, sans eux l'anarchie et le chaos, les masses sont incapables, ils me le disent tout le temps. Et je trouvais normale la hiérarchie sociale, des bergers pour encadrer des moutons quoi d'illogique ? Des dominants pour des dominés, des riches et des pauvres, des faibles puisqu'il y a des puissants, ainsi allait le monde dont ils me parlaient. Et je croyais aussi au bien-fondé de la guerre pour maintenir l'ordre qui assurait ma sécurité.

Parce qu'on m'a dit que c'était ainsi qu'il fallait survivre, que je devais le faire.

Et pour supporter tout ça, en récompense de mon obéissance soumise, je recevais des carottes. Je fus promu à un échelon élevé, dans le rang des privilégiés. Je montais en grade jusqu'à devenir un berger moi-même, je vécus ainsi l'American Dream.

J'ai caressé le pouvoir, dominé d'autres moutons. J'étais craint et respecté, important dans mes fonctions. J'aimais ça donner des ordres. Et puis je n'étais plus un mouton anonyme mais quelqu'un ! J'avais du talent, j'étais influent. Je recevais les avantages financiers de ma promotion, j'agrandissais ma maison, je changeais souvent de voiture, j'impressionnais les autres moutons, j'étais un exemple à suivre. Mes titres, mes diplômes, ma position me distinguaient de la masse. On parlait de moi. Et, à la fin de mes jours, je savais que je recevrai le paradis pour l'éternité, à condition bien entendu d'avoir mené une vie exemplaire, conforme.

Parce qu'on m'a dit que c'était ainsi, le Paradis après une vie de souffrances, dans l'oubli de soi.

Ainsi soit-il mais juste ici-bas.










Le conte de Souris
soldat d'assaut
Le journal du Colonel
Itinerrances
Un Sacré rêve
Il va être père. A Paul et Angélique
Pendant ce temps à Veracruz 1
Chris chez Franck Fernandel
Trop top le rateau du voisin !
Dans les coulisses du temps d'un prof
merde aux annonceurs
Mon mantra du matin
Le petit bidon
Alice
Daltonien
mon 1er manuscrit refusé
Les "petits" métiers
Youpi ! L'école est finie
Debout
Notre Dame a sauvé Marseille
christian
Ma Méditerranée
Ses pieds lui rappellent
Il compte
La Bougie
Pendant ce temps à Veracruz 2
Pas un bruit
Un thé nature !
Stardate 52510.38.
Au Bois Joli
Foutue Télé !
Ô Toulouuuuuuse
Pendant ce temps à Veracruz 3
ma Méditerranée
Carnet de voyages
Tropiques Calypso
Marseille
Ma page est encore blanche.
Une rose pour Isabelle
Ma Mama corse
Pendant ce temps à Veracruz 4
TV. Lettre à feu.
Dehors l'oiseau
TV, le Grand zapping
Doumé ! La dournée !
TV again
TV folle !
La page est blanche
On vit
Le Routier
Au-delà de la fiction
La plage bis !
Ecocide
Etat des lieux
Nombre de têtes nucléaires ?
Un monde s'écroule
Chacun sur sa planète.
Le con ducteur de BM
Un soir comm'ça.
Pour trouver ton but
L'Infini nous attend
Belle époque
LE CRI
A la maison de retraite
TV war show, 14 juillet
Pauvres fous que nous sommes
France 5, Arrêt sur Images
Education à refaire
De l'amour.
20000 lieues, Les Goudes
"Elle" s'appelle Edith
Pendant ce temps à Veracruz 5
Il aurait aimé naître femme
Dans ma bibliothèque
Mes dimanches
Chez Ingrid
Le Gai Savoir du Pied
Une rose pour Isabelle
L'Invitation
Régression
Bonhomme bonhomme
Mon petit Jésus
Quand j'entendrai le glas
Si tu peux te rendre compte
Les attitudes préalables
Carnac vu par Einstein
BLC ATTITUDE
Le contrat qui nous enchaîne
code-barre
Qui est Je ?
Le chant des Baumes
J'ACCUSE
Un bar à Marseille
Matrix, Le Virus
Puissants, vous paierez
Demain c'est Noël
Les obstacles à la communication
Le chemin des étoiles
J'étais un mouton
Bien communiquer
L'éditoLes éditos mai 2017...Les éditos mars 2011/juin 2016Bric à Bracnon-dits, 90 % du messageLe BOYCOTT, arme de reconstruction massive.Femme et homme mode d'emploiLe fonctionnement de notre cerveauItinérrancesMots de MaitresM'écrireMa vie